Lanzarote, l’île aux volcans

Les volcans de Timanfaya

Graphite, charbon, noir. Un noir intense, profond. Ocre, oranger, rouge, brun, vert… la multitude des teintes, la subtilité des couleurs. Et ce jeu des textures, ces matières et ces formes. L’abstraction. L’attraction. Le regard se perd dans le paysage. Le sol crisse, le vent siffle. Les panoramas se font lunaires, le territoire brut. C’est la terre des volcans. Les nuages filent à vive allure à travers le ciel, le temps change en un instant. Le sable blanc, les criques sauvages et l’océan à perte de vue. Les champs de lave sont couverts de pieds de vigne. Les vallées parsemées de palmiers, agaves et figuiers de barbarie… Rare végétation sur tes terres désolées. Villages blancs aux volets verts. Le contraste franc de ton île aux nuances d’ébène. Lanzarote, tout chez toi me charme.


Lanzarote : 845,9 km² de terre volcanique perdue au large des côtes africaines à 140 km de là. Territoire insulaire au milieu de l’océan Atlantique, cette île espagnole est rattachée à l’archipel des Canaries. Avec environ 300 cratères et une centaine de volcans, Lanzarote est couverte au trois quart de lave. Les montagnes de feu de Timanfaya n’ont pas rugi depuis le début du 19 ème siècle. Mais elles ont considérablement transformé la structure de l’île, engendrées la famine et créées l’exode des populations. 

Historiquement, ce sont les Mahos, peuple immigré d’origine berbère tout comme les Guanches de Tenerife, La Gomera et Gran Canaria, qui furent les premiers habitants de l’île. En 1402, Lanzarote tombe aux mains de la couronne espagnole. La péninsule ibérique n’est qu’à 1000 km de là. Une conquête facilitée en raison d’une population limitée, une altitude faible et un territoire désertique qui laisse peu de chance aux aborigènes pour se défendre face aux envahisseurs.

Aujourd’hui peuplée d’environ 140 000 âmes, la plus ancienne île des Canaries a connu un fort développement touristique dont le secteur représente 80% de son économie. L' »île aux volcans » c’est évidemment des paysages exceptionnels qui attirent les foulent mais c’est surtout un climat doux avec une moyenne annuelle de 21° degrés. Le printemps toute l’année en somme. Un climat subtropical où il y a peu de différences de température entre les saisons et des pluies rares. En comparaison des autres îles des Canaries, Lanzarote possède une faible altitude, elle culmine à 671 m à Peñas del Charche. Ce qui empêche l’humidité d’être retenue par les alizés. Mais le vent souffle fort sur l’île noire et l’été le Sirocco ne fait pas de cadeaux. Le manque d’eau est lui contré par la désalinisation.

Volcans et champs de lave ornent le paysage mais il ne faut pas oublier les plages. Les 213 km de côtes et 26 km de plages en font une destination de vacances idéale.

Sur l’île, on cultive la cochenille dans les figuiers de barbarie, l’agave, les tomates et les pommes de terre canariennes. Et ce qui fait la fierté des habitants de Lanzarote c’est le vin de Malvoisie dans la vallée de la Geria. Mais plus encore, le procédé atypique et unique de son agriculture et l’ingénieuse idée des paysans pour valoriser une terre d’apparence impropre à la vie.

C’est l’artiste César Manrique, enfant du pays, qui a contribuer au développement touristique de l’île en valorisant le patrimoine naturel de Lanzarote. Et en créant une harmonie parfaite entre art et nature. Son influence est partout sur l’île.

Côté flore, Lanzarote possède peu de végétation. Tout au plus quelques palmiers, agaves, figuiers de barbarie, buissons épineux et lichens qui re-investissent petit à petit les champs de lave. Côté faune, si les eaux canariennes sont riches en espèces marines, sur la terre ferme c’est le désert. Quelques reptiles et lapins, les autres animaux sont pour l’essentiel tous domestiques et importés. On compte par ailleurs de nombreux oiseaux et des mini crabes aveugles et albinos endémiques de Lanzarote.

On vient à Lanzarote pour profiter des plages et des activités nautiques comme la planche à voile, le surf, le kitesurf mais également pour la plongée, la randonnée, le cyclisme et la culture.

La plus orientale et la plus ancienne des îles Canaries a été classé réserve de la biosphère par l’UNESCO en 1993.

Lanzarote, une île riche, un territoire surprenant.


Sommaire : 21 choses à faire et spots à visiter à Lanzarote

  1. Admirer la Laguna Verde à El Golfo
  2. Les falaises tourmentées de los Hervideros
  3. Photographier les salines de Juanbio
  4. Faire escale à Playa Blanca
  5. Se baigner à Playa de Papagayo
  6. Timanfaya, road trip au cœur du parc des volcans
  7. Faire le tour de la Montaña Colorada
  8. Grimper au sommet de la Caldera Blanca
  9. Déjeuner à Teguise
  10. Puerto del Carmen, la station balnéaire
  11. Promenade urbaine à Arrecife
  12. La Geria, une vallée viticole pas comme les autres
  13. Haria et les 10000 palmiers
  14. Yé et le Mirador del Rio : la plus belle vue de Lanzarote
  15. Orzola et les plages sauvages
  16. Farniente sur l’île de Graciosa
  17. Découvrir l’univers de l’artiste à la Fundacion César Manrique
  18. El Monumiento al Campesino, sculpture emblématique de l’île
  19. Las Cuervas de los Verdes, voyage au centre de la terre
  20. Los Jameos del Agua, quand la nature devient œuvre d’art
  21. Le Jardin des cactus : aïe, ça pique !

Il est tôt ce matin là à l’aéroport de Gran Canaria, on file prendre un vol pour Lanzarote. 40 minutes plus tard nous voilà débarqué sur l’île aux volcans pour trois journées et trois nuits bien remplies. Un road trip qui sonne comme une ode à l’Islande mais version « Sous le Soleil ». Terre de feu moins sauvage que sa voisine nordique mais où les paysages sont tout aussi exceptionnels.

–> Découvrir le sud de Lanzarote :

Depuis l’aéroport de Lanzarote, près d’Arrecife sur la côte est de l’île, on emprunte la route LZ-2 qui nous mène jusqu’à Yaiza. De là, on bifurque sur la LZ-704 pour se rendre directement à El Golfo découvrir la Laguna Verde. On roule ensuite sur la LZ-703 qui longe la côte et nous emmène à deux pas de là voir les roches basaltiques de Los Hervideros puis les salines de Janubio. On peut alors reprendre la LZ-2 jusqu’à Playa Blanca pour aller se baigner à Playa de Papagayo.

1 – Admirer la Laguna Verde à El Golfo

Petit port de pêche dans le sud ouest de Lanzarote, on fait escale à El Golfo pour manger mais pas seulement. L’attraction touristique du coin, c’est la Laguna Verde que l’on appelle aussi Charcos de los Clicos. Située au creux d’un ancien cratère, cette étendue d’eau verte de 150 m de long attire les foules. Elle doit sa couleur aux algues et à sa très forte salinité, supérieure à celle de la Mer Morte. Ce qui nous frappe pourtant ce n’est pas la teinte de l’eau. Le soleil, peu présent ce matin là, illumine trop peu la lagune pour faire vibrer ce vert olive. Mais l’environnement dans lequel se trouve le lagon. Lave pétrifiée, plage de sable noir, falaises, roche volcanique rouge, jaune… Un incroyable mix de textures et de nuances. Ca valait le coup de vent, le mauvais temps et l’affluence. –> Gratuit. Depuis, le village El Golfo, un sentier mène en moins de 5 min jusqu’à la lagune que l’on découvre depuis les hauteurs des falaises.

2 – Les falaises tourmentées de los Hervideros


Falaises de basalte face à l’océan
, vagues qui se fracassent sur la roche volcanique, grottes, voûtes… Les sentiers aménagés sur cette ancienne coulée de lave offrent une belle vue sur les eaux déchaînées de l’Atlantique. C’est d’ailleurs de là que viennent leur nom, Los Hervideros, qui signifie  » les sources bouillonnantes » en français. Si la balade est agréable, notre œil est déjà fortement attiré par les volcans au loin. Derrière nous, la Montaña Bermeja et el Pico Redondo flamboient de mille couleurs. –> Gratuit. Mais là aussi, très touristique.

3 – Photographier les salines de Juanbio

En activité depuis 1895, ces salines séparées de l’océan par une lagune volcanique, produisaient 10 000 tonnes de sel dans les années 70. Aujourd’hui, l’exploitation ne représente plus que 2000 tonnes. Si les Salinas de Juanbio ne se visitent pas, on peut faire des photos graphiques depuis les hauteurs en bord de route. Les couleurs sont superbes par beau temps. —> Vue gratuite depuis la LZ-703. 

4 – Faire escale à Playa Blanca

Playa Blanca à Lanzarote

Lanzarote n’est qu’à quelques miles de Fuerteventura. C’est depuis Playa Blanca, station balnéaire du sud, que les ferries rallient l’île voisine dans le port de Corralejo. 25 à 45 minutes de navigation pour réaliser la liaison entre Lanzarote et Fuerteventura. Un trajet court qui permet de faire une petite escapade lors de votre séjour sur « l’île aux volcans ». L’occasion, peut être, de voir baleines et dauphins en nombre dans les eaux canariennes. –> Différentes compagnies assurent la traversée inter-îles plusieurs fois par jours. La durée du trajet diffèrent selon les horaires et les compagnies.

5 – Se baigner à Playa de Papagayo

Réserve de los AjachesVue sur FuerteventuraPlaya de Papagayo

Située dans la réserve de Los Ajaches, un parc naturel de 3000 hectares, Playa de Papagayo est sans doute la plage la plus connue de Lanzarote. On accède à cette bande de sable depuis Playa Blanca par une piste carrossable au milieu d’un paysage désertique. On laisse derrière nous le massif de Los Ajaches, puis on parcours les plaines du Rubicon. C’est la partie la plus ancienne de l’île, la zone est très érodée. Au bout du chemin, une quinzaine de plages, jolies criques entre les falaises, sable fin et eau limpide. Le site est un ancien volcan engloutit où le cratère d’effondrement est ouvert sur l’océan. Playa de Papagayo est la plus prisée, c’est une plage surveillée, accessible aux enfants où l’on trouve aussi un restaurant, un bar. On lui préfèrera sa voisine, plus grande et moins bondée, Cala de Papaflo. D’autres plages, plus sauvages et moins fréquentées sont aussi accessibles. Certaines sont naturistes et toutes ne sont pas surveillées. Attention aux vagues de l’océan, l’eau peut être froide, le vent souffle fort et les courants sont importants. Pensez à la crème solaire, si le climat est doux, le soleil tape fort. Depuis les plages, plusieurs sentiers permettent de se promener dans cette zone protégée. Ils offrent une très belle vue sur les sommets du Pico Redondodu Pico de la Aceituna et l’île de Fuerteventura–> 3 euros l’entrée par véhicule, gratuit pour les cyclistes et randonneurs. A faire tôt le matin ou en fin de journée pour éviter la foule. Mais le site est vaste, vous trouverez toujours un petit coin de plage.

–> Visiter le centre de Lanzarote :

Depuis Yaiza, on roule sur la LZ-67 qui nous mène au Parque National de Timanfaya. La route a elle seule vaut le détour. Le site est exceptionnel. Seulement quelques chanceux pourrons le fouler à pied. Les autres prendrons le bus. Plus loin, toujours sur la LZ-67, on traverse le Parque Natural de los Volcanos où l’on peut faire de nombreuses randonnées. On file jusqu’à Mancha Blanca où un sentier nous conduira à la Caldera Blanca. On bifurque ensuite sur la LZ-56 où l’on part faire le tour de la Montaña Colorada. Sur la LZ-30, on découvrira Teguise, un village blanc typique de Lanzarote et la vallée de la Geria. Sur la côte, on fera un saut à Arrecife et Puerto del Carmen, deux stations balnéaires.

6 – Timanfaya, road trip au cœur du parc des volcans

Bienvenue sur Mars. A peine pose-t-on un œil, (à défaut du pied, le site est protégé) sur le parc des volcans que l’on est transporté sur une autre planète. Pas de lave en fusion mais un territoire désolé où champs de lave et cratères sculptent un paysage fantastique que le soleil illumine d’incroyables couleurs. 51 km² de terre rouge et noire ponctuée d’ocre et de vert, 32 cônes volcaniques, 8 millions de m³ de lave, las Montañas del Fuego portent bien leur nom. Le temps à façonné cette île volcanique mais c’est de 1730 à 1736, que Lanzarote a connue une irruption colossale dévastatrice. Six années durant lesquelles le paysage s’est considérablement modifié. Si l’île gagne 174 km² de superficie, la lave recouvre les terres fertiles de Lanzarote et ensevelit maisons et villages. Des colonnes de cendres jaillissent des volcans, la luminosité s’obstrue, l’air est irrespirable. Avec une caldera de 100 m de profondeur, le cratère d’explosion de Corazoncillo, qui a engloutit le village de Timanfaya, est le plus grand de Lanzarote. L’activité volcanique se calme puis reprend à nouveau en 1824, date de la dernière éruption. Aujourd’hui, lichens, buissons, fougères et succulentes tentent de redonner vie à ces terres stériles.

Le parc national de Timanfaya est une zone protégée depuis 1974. Elle est accessible uniquement en bus. 14 km de circuit en un peu moins d’une heure. Le car fait quelques arrêts aux points de vue emblématiques mais interdiction de descendre du véhicule. Le paysage est tellement beau qu’on est un peu frustré de ne pas pouvoir le photographier de plus près. Pas toujours facile de shooter à travers une vitre. Mais la préservation de la nature est importante. Il existe deux randonnées à faire dans le parc, uniquement avec un guide et sur réservation (à faire plusieurs mois à l’avance en fonction des saisons). Pour la petite anecdote, le bus devant nous est tombé en panne entre deux coulées de lave. Une suspension. 4 bus à l’arrêt pendant 25 min, on imagine le retard considérable engendré. C’est un peu la panique pour les chauffeurs mais tous mettent la main à la patte pour réparer. Et hop, c’est reparti ! Dommage, on aurait bien finit à pied. Vous avez aussi la possibilité de faire une balade de 20 min à dos de dromadaire. Honnêtement, chacun est libre de faire ce qu’il veut. Ces animaux fascinent et attirent les foules. Mais il faut prendre conscience qu’ils passent la journée enchaînés ou à la queue leu-leu pour parcourir inlassablement la même boucle de 20 min. En tant que touristes, on peut aussi dire non. A la fin du tour bus, à Isolte de Hilario, vers le parking, on vous emmènera découvrir les geysers artificiels. Un saut d’eau jeté ici et une colonne de vapeur jaillit, un buisson posé là et il s’embrase immédiatement. Au restaurant panoramique El Diablo, créé par César Manrique, le poulet rôtit au dessus d’une cheminée volcanique. Un barbecue naturel ! Les volcans sont éteints mais le sol est chaud, la croûte terrestre fine et la chambre magmatique tout proche. L’occasion de découvrir la géothermie du lieu. Sous le sol, la terre atteint des températures entre 400 et 700 degrés. Même en bus, c’est le spot de Lanzarote à ne louper sous aucun prétexte–> 9 euros/personne. A faire tôt le matin pour éviter la cohue. Dans le bus, essayez de vous placer près des fenêtres. Peu importe le côté, la route à travers les volcans est sinueuse, les paysages grandioses de part et d’autre. Il y a du monde mais les équipe du parc mènent le public à la baguette. On vous cache pas que c’est un peu l’armée ! Y a du chiffre à faire.

7 – Faire le tour de la Montaña Colorada

Bombe de lave à Lanzarote

Pas de panique si vous n’avez pas réservé votre balade à Timanfaya, d’autres solutions s’offrent à vous. Si le parc national n’est pas accessible à pied, d’autres randonnées qui sont situées dans el Parque Natural de los Volcanos ( dans un rayon de 7 km autour du parc national), vous donneront un bel aperçu des incroyables paysages de Lanzarote. La Montaña Colorada n’a rien à envier à ses voisines. Cratère d’un rouge flamboyant au milieu d’un territoire volcanique noir. Ce petit monticule offre une balade facile pour découvrir cette terre de feu. Des paysages lunaires où les lichens sont comme une étincelle de vie. Sur les sols volcaniques se sont les premiers à coloniser les lieux. Viendront ensuite d’autres plantes. Le sentier fait le tour du volcan. De là, on aperçoit la Montaña Negra, un cratère formé juste avant la fin de l’éruption de 1976. On découvre aussi un énorme rocher. Une bombe provenant de la Montaña Colorada. Sur la fin du circuit, on regrettera seulement l’extraction de minerais qui gâche un peu le paysage. –> Gratuit. 1h. Randonnée familiale facile.

8 – Grimper jusqu’au sommet de la Caldera Blanca

Une autre randonnée à faire à Lanzarote, c’est l’ascension de la Caldera Blanca. Un sentier au cœur d’un champ de lave immense, l’escalade d’un volcan et, une fois au sommet, le tour d’un incroyable cratère de 1150 m de diamètre. Le panorama depuis les hauteurs est à couper le souffle. Coulée de lave qui se jettent dans l’océan, cratère colorés qui ponctuent le paysage. Des nuances folles entre les coulées de lave. Les noires sont plus récentes. Sur le parcours, au creux des cratères, dans le cône de la  Montaña Caldereta, on découvre des terres agricoles fertiles où les sédiments se sont accumulés. Nous n’avons pas eu le temps de faire la randonnée en entier. Mais quelques heures suffisent déjà à avoir un bon aperçu du paysage. –> Gratuit. 4h aller-retour.  

9 – Déjeuner à Teguise

Ancienne capitale de Lanzarote, Teguise est aussi l’un des premiers villages de l’île. Petites maisons cubiques aux murs blancs et volets verts, tout le charme de l’architecture canarienne. A faire absolument. Dans les ruelles du centre, on trouve de nombreux restaurants et boutiques. L’endroit idéal pour une halte déjeuner. Profitez-en pour vous balader dans les rues, le village est minuscule et il y a de belles choses à voir. Comme la Plaza de la Constitucion et son église du XV ème siècle, Nuestra Señora de la Guadalupe. Mais également le Palacio Spinola, une demeure du XVII ème siècle aujourd’hui musée du Timple, une guitare canarienne. Sans oublier La Cilla, lieu où était perçu les impôts. –> A visiter pour le charme typique des villages canariens et pour déguster de délicieuses tapas. On vous conseille La Cantina Restaurant, Leon y Castillo 8, La Villa de Teguise.

10 – Puerto del Carmen, la station balnéaire

Station balnéaire de la côte est de Lanzarote, c’est à Puerto del Carmen que l’on trouve le plus de touristes. Essentiellement, anglais et allemands qui logent dans cette ville du littoral. Le front de mer est bordé de milliers, allez une bonne centaine, nan bon on n’a pas compté mais c’est géant, de restaurants où l’on trouve toutes les cuisines du monde. Par contre, pas de plats traditionnels canariens, du moins on en n’a pas trouvé ! Il y a également beaucoup de boutiques de souvenirs. Vous l’aurez compris, si vous cherchez du typique, vous ne le trouverez pas à Puerto del Carmen. Cela dit, dans le style station balnéaire, c’est plutôt pas mal ! Pas d’immeubles de plus de 2 ou 3 étages, beaucoup de petites maisons résidentielles… Ca n’a pas le charme des villages traditionnels de Lanzarote mais on est loin des côtes bétonnées que l’on offre habituellement au tourisme de masse. –> A faire, pour déjeuner ou dîner, aller à la plage, acheter des timbres pour ses cartes postales…

11 – Promenade urbaine à Arrecife

Avec 58000 habitants, Arrecife est la capitale de Lanzarote depuis 1852, date à laquelle elle succède à Teguise. La ville est peu séduisante mais vous pourrez faire du shopping, visiter de nombreux musées, boire un coup et manger un bout. Si la promenade sur le bord de mer ne nous a pas plus séduit que ça, il faut dire qu’il y avait des travaux, on a beaucoup aimé le quartier du lagon Charco de Sán Ginés. L’endroit idéal pour dîner. Une ribambelle de bars à tapas alignés sur le bord du lagon, de nombreuses barques et petits bateaux qui flottent dans l’eau, les joggeurs qui courent sur les berges… –> On vous conseille le bar Tasca La Raspa, avda César Manrique n°20, où l’on a mangé de très bonnes tapas végétaliennes. C’est l’avantage des bars à tapas pour les vegans, il y a toujours de quoi manger. Et la musique était top, ce qui ne gâche rien ! Pour visiter Arrecife, garez-vous dans les parking du centre ville. Attention aux horaires de fermeture, le parking n’est plus accessible à partir de 22h. Pour nous, c’était moins une !  

12 – La Geria, une vallée viticole pas comme les autres

Vallée viticole de Lanzarote, La Geria est un espace naturel protégé depuis 1987. La zone s’étend entre les villages de Yaiza, Tias, San Bartolomé et Tinajo. Soit, plus de 5000 hectares de vignobles qui produisent du vin de Malvoisie. Le meilleur vins des îles Canaries dit-on. A déguster dans les bodedas des environs. Mais ce qui caractérise la Geria, ce sont les techniques de culture spécifiques à Lanzarote. Par manque d’eau, les agriculteurs ont imaginé un ingénieux système agraire. Les ceps de vigne sont plantés dans des trous sur un lit de picón, un gravier volcanique, qui a une fonction thermorégulatrice. Si il protège du vent et de l’érosion, il absorbe également la rosée et évite l’évaporation de l’eau. L’humidité nécessaire est ainsi conservée. Les racines, elles, atteignent le sol arable très fertile qui se trouve sous la couche de lave de l’éruption de Timanfaya en 1730. Pour protéger les cultures du vent, des zoccos, murets circulaires ou semi-circulaires ont été érigés. –> Gratuit. A faire pour boire du bon vin et découvrir les cultures.

–> Explorer le nord de Lanzarote :

Un joli road trip à faire à Lanzarote. Depuis Teguise, emprunter la route LZ-10 jusqu’à Haría. Puis, continuer sur la LZ-201 pour rejoindre . A deux pas de là, on peut découvrir le Mirador del Rio et admirer la vue sur l’île de Graciosa. Puis, filer en direction de Órzola par la LZ-203. Une fois au bout de Lanzarote, on retourne dans le sud par la route côtière LZ-1 jusque dans le sud en passant par Arrieta et Tahiche.

13 – Haría et les 10000 palmiers

En chemin, on traverse « la vallée des 10000 palmiers« , la vallée de Malpaso. Une oasis au milieu du désert volcanique où une grande palmeraie abrite plusieurs villes dont Haría. Ici, on peut découvrir la Casa Museo, la maison atelier de César Manrique, artiste emblématique de l’île, que ce dernier investit à partir de 1988. Trop déconcentré dans son travail par les visiteurs de la Fondación où il habitait jusqu’alors, l’artiste emménage dans cette ancienne finca.

14 – Yé et le Mirador del Rio : la plus belle vue de Lanzarote

En continuant sur la route LZ-201, on atteint le village de au pied du volcan la Corona. De là, on emprunte la route LZ-202 qui fait une boucle jusqu’au Mirador del Río, « le mirador de la rivière » en français. A cet endroit, perché sur les falaises de Risco de Famara, on a une vue imprenable sur l’île de Graciosa. Si le panorama est gratuit d’ici, juste à côté, il est aussi possible de visiter le Mirador del  Rio réalisé par César Manrique en 1873. Vue panoramique et ambiance sixties, le lieu possède toutes les caractéristiques de l’œuvre de l’artiste. Café, boutique de souvenirs et vue à couper le souffle sur l’archipel de Chinijo à 475 m au dessus de la mer.–> Vue gratuite depuis le parking. 4,5 euros/pers au Mirador del Rio.

15 – Órzola et les plages sauvages

Depuis , une belle route de montagne nous emmène à Órzola. Petit port du bout du monde, enfin de Lanzarote, c’est de là que l’on peut rejoindre l’île de Graciosa en bateau. Quelques maisons blanches au bord de l’eau devant un champ de lave qui se jette dans l’océan. Au fond, d’immenses falaises se dressent face à l’horizon. En empruntant la route côtière LZ-1, de magnifiques plages bordent le littoral. Des eaux turquoises émergent des champs de lave. Plus loin, c’est le contraste entre la roche volcanique noire et les étendues de sable blanc qui nous surprend sur la plage Caletón Blanco. La mer est agitée, le vent fouette le visage. A l’image des zoccos qui protègent les cultures, de petits murets en arc de cercle ont été bâtit pour s’abriter de l’air.–> Si la première plage est facile d’accès, la seconde est moins accessible à la baignade du fait des fortes vagues et des rochers. Be safe! Pensez à venir tôt pour profiter des zoccos peu nombreux. Comme dans le parc du Teide à Tenerife, on vous conseille de ne rien laisser dans les voitures pour éviter les bris de glace.

16 – Farniente sur l’île de Graciosa

Les plus belles plages de Lanzarote ne se trouve pas sur cette dernière mais à Graciosa, l’île voisine. Située dans l’archipel de Chinijo dont c’est la seule île habitée, l’îlot de 27 km² est la plus grande réserve marine d’Europe. Ici, pas de routes goudronnées, pas d’eau, tout est importé de Lanzarote.–> Accessible par bateau depuis Órzola.

–> César Manrique :

« Créer avec une liberté absolue, sans angoisses et recettes, console l’âme et ouvre un chemin pour le plaisir de vivre. »

César Manrique, c’est l’artiste de Lanzarote. L’influence de ce peintre, architecte et sculpteur est partout sur l’île. Et c’est à lui que Lanzarote doit la préservation de son environnement, de ses traditions et de sa culture. Ainsi qu’une approche du tourisme pensé comme durable. Né en 1919 à Arrecife, César Manrique est un enfant du pays. Après avoir fait l’école des Beaux Arts de Madrid, cet artiste issu du courant surréaliste expose à New York en 1964 avant de retourner vivre à Lanzarote en 66, son île de cœur. Son désir : faire de Lanzarote le plus bel endroit au monde. Conscient du potentiel de l’île, Manrique souhaite mettre en valeur ses richesses tout en préservant la nature. Une démarche économique, artistique et écologique. Grâce à ses accointances avec le président du gouvernement des Canaries, César Manrique modère le tourisme de masse, préserve l’identité culturelle de Lanzarote et celle du monde paysan. Il réussit aussi à imposer l’interdiction des panneaux publicitaires au bord des routes. On lui doit également, la proscription de la construction de bâtiments de plus de 2/3 étages. Un exploit dans un site aussi visité que Lanzarote. Il contraint à la conservation de l’architecture traditionnelle d’où la cohérence visuelle de l’île. Toutes les maisons sont réalisées de façon cubiques avec des façades blanches, des portes et des volets verts. Il faut dire que dans le paysage de lave noire, ça a de la gueule ! L’harmonie est parfaite. On retrouve nombre de ses œuvres sur l’île où il a su mêler à merveille art et nature. Ainsi qu’à Tenerife, dans la ville de Puerto de la Cruz avec le Lago Martianez, une piscine d’eau de mer. Et bien d’autres sites encore… Sa mort en 92, dans un accident de voiture près de chez lui, n’aura pas entachée ses désirs. Les lieux qu’il a créé sont de véritables attractions et sa politique du tourisme n’a pas été modifié.

Voici, quelques unes de ses interventions sur Lanzarote :

17 – Découvrir l’univers de l’artiste à la Fondación César Manrique

Sur l’île, l’artiste a élu domicile dans une maison à Tahiche qu’il a fait construire sur une coulée de lave de 1973. Toujours dans l’idée de relier art et nature, Manrique utilise l’environnement naturel, comme des bulles de lave, pour créer certaines pièces en sous sol de son logement. 1800 m² habitables mais aussi des terrasses et des jardins construits sur les 30 000 m² de terrain volcanique. La bâtisse comprend également l’atelier de César Manrique. Un lieu où la nature et l’homme cohabitent en harmonie. On retrouve le mix entre matériaux naturels bruts et formes rondes cher à l’artiste. Du noir, du gris, du blanc et de la végétation. Transformé en musée par l’artiste him self en 1982, la fondation est inaugurée en 1992. Elle a pour but de promouvoir et de développer les activités artistiques. Ce musée comprend une collection d’art contemporain où l’on peut découvrir des œuvres de Picasso, Miró et tant d’autres mais aussi celles d’artistes locaux et bien sûr les propres œuvres de César Manrique. Dans les jardins, des sculptures mobiles bougent en fonction du vent. –> 8 euros/pers.

18 – Monumiento al Campesino, sculpture emblématique de l’île

Monument de style cubiste érigé en hommage aux paysans en 1968 par César Manrique. El Monumiento al Campesino se situe juste à côté de San Bartolomé. Un musée permet aussi de découvrir le travail des agriculteurs de Lanzarote.

19 – Las Cuevas de los Verdes, voyage au centre de la terre

Juste avant d’arriver à Arrieta, sur la route LZ-1, vous pourrez découvrir l’un des agencements réalisés par César Manrique, Las Cuevas de los Verdes. 1 km de grottes à parcourir dans ce qui est le plus long tunnel sous-marin connu, le tunnel de l’Atlantide. Tube de lave de 6 km, cette galerie s’est créée lors de l’éruption du volcan La Corona. Ce tunnel se situe entre le cône volcanique et l’océan, en aval de Jameos del Agua, autre conception de l’artiste. Corridor volcanique aménagé en attraction touristique, la grotte des verts est mise en lumière. Dans les différentes salles, la roche se teinte de rouge, de vert et d’ocre. Le passage atteint par endroit 50 m de haut et une surprise est réservée aux visiteurs. –> 9 euros/pers.

20 – Los Jameos del Agua, quand la nature devient œuvre d’art

Juste en face, au bord de l’eau, on découvre une autre grotte creusée par la même explosion volcanique. Il s’agit de l’autre côté du tunnel de l’Atlantide. De grands escaliers descendent dans la galerie. De là, on découvre un lac souterrain placide, situé sous le niveau de la mer. Ici, vivent de minuscules crabes albinos et aveugles endémiques de l’île de Lanzarote. A l’extrémité du tunnel, un second escalier permet de regagner la surface. Avec la lumière et les reflets dans l’eau cristalline, le panorama prend des allures de test de Rorschach. Un décor mouvant auquel participent les visiteurs. Après avoir traversé Los Jameos del Agua, une piscine bleu azur et un bar rendent le lieu paradisiaque. A l’étage c’est un musée du volcan, la casa de los volcanos, qui vous attend alors qu’au bout de la piscine, un auditorium de 600 places sert de salle de concert. Un lieu atypique marqué par le design des années 60/70, où la végétation est omniprésente et où la nature sauvage fait corps avec d’art. Un décor digne d’un film de James Bond, lieu de prédilection pour des fêtes délirantes. C’est la première intervention de l’artiste sur l’île, elle fut réalisé en 1966. –> 9 euros/pers. A voir pour le décor, boire un coup ou assister à un concert (le samedi seulement et en fonction des saisons).

21 – Le Jardin des Cactus : aïe, ça pique !

Jardin des cactus de LanzaroteCactus en fleur à LanzaroteJardin des cactus de Lanzarote

Un peu plus loin vers le sud, sur la LZ-1, juste avant Guatiza, on peut découvrir la dernière œuvre de César Manrique. Le jardin des cactus à été réalisé en 1990 par l’artiste. Au creux de l’ancien cratère de Guatiza, qui fut aussi une carrière de picón (gravier volcanique), l’artiste à aménagé un jardin circulaire où l’on retrouve 1400 espèces de cactus originaires des 4 coins du monde. C’est l’un des plus beaux jardins botaniques que l’on ai visité. L’amphithéâtre est surplombé d’un moulin blanc à gofio (une céréale) et l’on retrouve partout des références aux cactus même dans les toilettes. On n’en dit pas plus ! –>5,5 euros/pers. Jolie visite pour les amoureux des plantes.


Infos pratiques : 

  • Lanzarote possède un aéroport, sur la côte est de l’île, à Arrecife. Des vols depuis Tenerife ou Gran Canaria permettent d’atterrir à Lanzarote
  • Les liaisons inter-îles en ferry sont réalisées avec les compagnies Fred Olsen ou Navieras Armas et par les airs avec Canaryfly ou Binter Canarias
  • La location de voiture est souvent moins coûteuse chez les agences locales comme Cicar
  • Il y a 1h de décalage horaire entre les îles Canaries et la France
  • Pour la randonnée, retrouvez toutes les informations sur les sentiers dans les centros de visitantes 
  • Durée du séjour : 3/4 jours minimum donnent un bon aperçu de l’île mais une semaine permet de profiter pleinement des paysages de Lanzarote. D’autant que les liaisons inter-îles coûtent chères
  • Meilleure période : Le climat est doux toute l’année donc automne, hiver et printemps sont très agréable. Attention, en été, le sirocco peut faire grimper les températures
  • Equipement : On met dans sa valise, maillot de bain, lunettes et crème solaire mais on n’oublie pas coupe vent et chaussures de randonnée si vous souhaitez vous balader dans les champs de lave
  • Pour qui : Toute la famille, à tous les âges, pour les amoureux des plages autant que les fous de randonnée
  • Pourquoi s’y rendre : Le farniente et les plages, la culture et les œuvres de César Manrique, le surf et l’océan, la plongée et les fonds marins, la randonnée et les volcans… 
  • A faire absolument : El Parque National de Timanfaya
  • Où loger à Lanzarote : Location de villas, appartements, chambres d’hôtes, hôtels… l’offre est large. Les logements les plus atypiques se trouvent dans d’anciennes fincas réaménagées. Ces casas rurales sont d’anciennes fermes réhabilitées. Réservation à l’avance, Lanzarote est très visitée. Nous avons testé la Casa Para Ti (Camino del Callao III, La Asomada). Une villa sur les hauteurs de La Asomada, tenue par Nadia et Leonardo. Ces deux belges expatriés ont vendu leur société pour venir s’installer à Lanzarote. Une île qu’ils n’ont plus voulu quitter, une fois visitée. Nous avons également séjourné à Buenavista Lanzarote. Une ancienne finca au milieu des vignes de la Geria, transformée par Gonzalo et sa femme Mayca. Une adresse de charme, un design épuré, des produits locaux et bio pour un séjour au top dont vous pouvez découvrir les photos dans notre article séjourner à Lanzarote
  • Les + : Les paysages volcaniques à couper le souffle, les villages blancs qui donnent un charme fou à l’île
  • Les – : Les stations balnéaires comme Puerto del Carmen, l’interdiction de descendre du bus dans le parc de Timanfaya, le coût des visites
  • Le bon plan : Les pass multi-visites pour réduire les coûts. Plusieurs carnets sont disponibles (6 visites – 30 euros), demandez conseil dès la première visite
  • Les spots photos : Le Jardin des Cactus, la Montaña Colorada, le parc de Timanfaya, los Ajanches…
  • Le meilleur moment : Tôt le matin pour profiter des visites sans la foule
  • Notre avis : Lanzarote est exceptionnelle. La multitude des paysages rend l’île atypique. Les terres noires des volcans les plages de sable fin, les territoires désertiques et les vallées parsemées de palmiers et d’agaves : un décor à couper le souffle. L’œuvre de César Manrique ajoute au charme de cette île fantastique. Et si certains sites sont très touristiques, il est facile de se croire seul au monde ou presque en sortant des sentiers battus. 
  • –> Et pour plus d’infos, découvrez notre article Visiter les îles Canaries


Partagez nos travel stories sur Pinterest

Envie de partager notre carnet de voyage à Lanzarote ? Epinglez cette image !


Photos © Christophe Levet – Violaine Rattin

Découvrir nos articles sur les Iles Canaries

48 commentaires
  • Répondre Tiphaine Mes Petits Carnets

    janvier 17, 2017, 1:30

    Des paysages à couper le souffle :O
    Cela fait un moment que je songe à aller aux Canaries, et plus particulièrement à Lanzarote (passionnée de volcans), mais ne conduisant pas, ça risque d’être difficile. Heureusement il y a vos jolis photos 😉

    • Répondre Wild Birds Collective

      janvier 24, 2017, 9:15

      Ah, si tu aimes les volcans Lanzarote te plairait beaucoup ! Le Teide à Tenerife aussi, c’est superbe ! Il y a des bus sur les îles par contre ils font les spots les plus touristiques je pense mais ça peut valoir le coup de se renseigner. Sinon à Lanzarote, il y a beaucoup de vélos car peu d’altitude ! Ca peut être une expérience sympa aussi ! 😉

  • Répondre Amélie

    janvier 17, 2017, 7:19

    Non mais cette lumière sur la première photo, wow <3 !
    Et le reste est superbe, à l'image du blog !
    Très envie d'aller à Lanzarote maintenant !
    xx

  • Répondre Betty - Tripinwild

    janvier 18, 2017, 11:23

    Superbes photos, superbe article ! Lanzarote est une île vraiment à part, ne ressemblant à aucune autre des Canaries 🙂 Je me souviens y avoir fait des randonnées totalement lunaires ( il y a plus de 6 ans déjà…! ). D’ailleurs, est-ce que certains paysages vous ont rappelé l’Islande ? 😉

  • Répondre Cyrielle - The Wild Panda

    janvier 18, 2017, 2:06

    Sublimes ces photos! Ca me fait à une rando dans le cratère du volcan Haleakala à Hawai.. une pure merveille!

  • Répondre Chrystelle

    janvier 19, 2017, 9:46

    Les photos sont superbes, ces paysages lunaires sont fous, très belle série en tout cas 🙂

  • Répondre Virginie

    janvier 19, 2017, 8:17

    Sublimes ces photos ! Je pense que ça va être ma destination estivale !!

  • Répondre Victor - Blogueur d'Aventures...

    janvier 20, 2017, 3:51

    J’y suis parti il y a quelques années et c’est vrai que c’est génial comme destination! En plus, il y a plusieurs autres îles aux environnements différents juste à côté.

  • Répondre Julie

    janvier 20, 2017, 8:09

    Comme toujours une série de photos qui nous transporte ailleurs, c’est beau <3
    (Bon je ne suis tjs pas convaincu par les Canaries mais j'adore voir vos photos tout de même !)

    • Répondre Wild Birds Collective

      janvier 24, 2017, 10:47

      Hi hi hi ! Pourtant, c’est tellement loin de l’image de station balnéaire qu’on en a. Vraiment, j’ai été bluffée par la richesse des paysages. Merci Julie de venir faire un tour ici pour voir les photos, c’est gentil ! 😉

  • Répondre Vanessa - Cash Pistache

    janvier 20, 2017, 10:51

    Les photos sont sublimes, je n’ai pas de mots… Absolument tout dans ce voyage me fait rêver. Ces courbes rugueuses et ces teintes qui se répondent entre roches et végétation, entre ciel et océan. On vous voit minuscules face à l’immensité du désert et aux cactus géants. C’est déroutant. Merci pour ce bel et grand article, et quel boulot ! bravo.

    • Répondre Wild Birds Collective

      janvier 24, 2017, 11:12

      Merci beaucoup Vanessa, c’est trop gentil ! Ravie que l’article te donne envie de découvrir les Canaries. Les îles te plairait beaucoup, il y a de superbes randonnées à faire pour se perdre dans l’immensité des paysages ! 😉

  • Répondre Eloïse

    janvier 21, 2017, 3:20

    Cette île des Canaries est celle qui m’attire le plus ! La photo de début est magnifique, la lumière est parfaite.
    Vous m’avez donné envie d’aller là bas et chacun de vos articles ne fait que confirmer cette nécessité ! Merci

  • Répondre padoune

    janvier 24, 2017, 7:06

    Wow!! vos photos sont absolument superbes, et ce contraste est impressionnant, on aimerait que cela ne s’arrête jamais… c’est un doux mélange de plein de paysages qui défile dans ma tête lorsque je vois ces photos, ça fait pas mal penser à l’Amérique du Sud aussi! j’adore…
    Des bisous à vous les copains

    • Répondre Wild Birds Collective

      janvier 25, 2017, 8:55

      C’est ce que l’on a aimé dans ce voyage ! Les îles sont toutes différentes les unes des autres, elles ont chacune leur identité. Et les paysages, sur un même territoire, sont très variés. L’archipel est très riche, c’est assez incroyable pour de si petits bouts de terre perdus au milieu de l’océan. 😉 Des bisous

  • Répondre Adeline

    janvier 25, 2017, 7:05

    Wow c’est magnifique ! Honnêtement les Canaries ne m’ont jamais attirée mais quand je vois vos photos je me dis qu’il faut peut-être que je reconsidère la destination 🙂

    • Répondre Wild Birds Collective

      janvier 25, 2017, 9:01

      Avant de partir on avait une assez mauvaise image des Canaries. Enfin, on était pas du tout emballé par le côté station balnéaire. Des amis nous ont dit que c’était chouette et après quelques recherches on s’est aperçu qu’il y avait bien plus à voir que des plages bondées. Et on n’a vraiment pas été déçus du voyage ! Il y a des jolis road trips à faire. Chaque île est différente, les paysages sont riches et assez exceptionnels ! 😉

  • Répondre isai

    janvier 25, 2017, 6:05

    Oh que ces photos sont belles ! bravo !!!
    Ce reportage tombe bien car on voudrait y’a aller avec notre petite de 7 mois et on se demandait si en mars ce n’était pas un peu « mort »…
    Je n’arrive pas à savoir si tout est ouvert à cette époque.
    Votre trop était à quelle période ?
    Encore un grand merci, ça me motive ! 🙂

    • Répondre Wild Birds Collective

      janvier 26, 2017, 9:07

      Merci beaucoup ! Nous sommes partis à Lanzarote fin avril et il y avait beaucoup de monde sur les sites touristiques. Moins dans le nord qui est plus sauvage et quasiment personne sur nos parcours de rando mais c’est normal. Renseignez-vous auprès de l’office du tourisme pour être sûre mais je pense que tout est ouvert. L’avantage des Canaries c’est qu’il fait beau et doux toute l’année donc c’est très visité même l’hiver. En tout cas, ça vaut le coup, l’île est superbe !

  • Répondre Laurent Lelarge

    janvier 26, 2017, 10:32

    Magnifique reportage photo ! Je suis aussi allé aux Canaries, ces photos me donnent très envie d’y retourner avec mon amie.
    Au plaisir de découvrir de nouveaux paysages à travers vos photos 🙂

  • Répondre poulpikan

    janvier 31, 2017, 3:12

    Tout simplement magnifique, cela donne envie de prendre son sac et d’y aller !

  • Répondre Cyrielle

    janvier 31, 2017, 3:59

    Magnifiques ces photos… si bien que j’ai booké un vol ! 4 jours 1/2 à Tenerife et 4 jours 1/2 à Lanzarote ! Du coup ma question est la suivante… est-ce qu’en 4 jours dans chaque lieu, on a le temps de voir toutes ces belles choses que tu présentes ? Toi qui a passé peu de temps sur chacune des iles.
    Merci encore en tout cas pour tous les bons tuyaux 😉

    • Répondre Wild Birds Collective

      février 1, 2017, 10:17

      Ah génial ! Tenerife et Lanzarote, très bon choix ! Un superbe séjour en perspective ! 4 jours dans chaque île donnent déjà un très bel aperçu de chacune d’elles. Nous avons fait 3 jours dans chaque mais ça reste un programme chargé donc il faut faire des choix en fonction de ses envies et préférences. Prévoyez les activités et sites qui vous intéressent le plus dans les premiers jours, quitte à avoir un peu de temps le dernier jour pour voir ou revoir un lieu. Les îles sont petites donc l’avantage c’est qu’il n’y a pas de trop grandes distances entre les sites. Il n’y a pas de perte de temps en trajet et les routes sont belles. A ne surtout pas manquer à Tenerife c’est le parc du Teide, absolument superbe ! Prenez le temps de le visiter et si vous aimez un peu la randonnées, programmez des balades. A Lanzarote, le parc de Timanfaya est magnifique lui aussi et se fait en bus. Par contre, des balades sont possibles avec un guide seulement mais il faut réserver à l’avance donc vous pouvez le faire dès maintenant car il y a très peu de places. Et n’hésitez pas à aller au nord de l’île, il y a beaucoup moins de touristes et les plages sont superbes. Plus on a de temps pour voyager, mieux c’est évidemment mais en 8 jours vous aurez déjà un très beau séjour ! Prenez le temps, vous n’êtes pas obligé de tout voir. Profitez bien de ce beau voyage !

    • Répondre Ella

      mars 24, 2017, 5:25

      Bonjour Cyrielle, C’est exactement ce que nous avons fait le mois dernier (fev 2017) en nous partageant entre les 2 iles ! C’est parfait et c’est la bonne durée. Nous avons préféré Tenerife car il y a bcp à faire et c’est spelndide, mais Lanzarote était très sympa aussi même si en 3 jours nous en avions fait quasi le tour. Nous avons énormément marché, visité, et photographié. 🙂
      (ha oui, à Tenerife, ne pas oublier d’aller passer un peu de temps sur les routes du parc Anaga à l’Est : il y a des vues splendides avec routes en lacets etc… ca n’est pas assez bien décrit dans les guides je trouve).
      Bonnes vacances !

  • Répondre Cyrielle

    février 1, 2017, 6:00

    Merci de ta réponse détaillée et de prendre le temps de répondre à chacune d’entre nous !

    J’offre ce voyage pour les 30 ans de mon copain ! Je lui dévoile la surprise ce samedi, j’ai hâte 😀 Une fois qu’il sera au courant, nous relirons attentivement tes articles sur ces 2 îles afin d’en tirer le meilleur de chacune. Nous allons également louer une voiture, je crois que ça vaut mieux que les déplacements en bus…

    En tout cas moi qui n’avait jamais été intéressée aux îles canaries, ce sont tes posts qui ont su titiller ma curiosité. Nous partons à Pâques, si tu as de bons conseils de voyages pour l’été 2017 (en Europe) je suis preneuse haha ! je sèche un peu… et qui change bien de Genève où nous vivons 😉

    Bravo pour le blog, les belles photos et surtout le nombre hallucinants de bons détails !!!!!!!

    • Répondre Wild Birds Collective

      février 6, 2017, 11:39

      Ah, génial ! Super cadeau pour ses 30 ans ! J’espère qu’il est content. 😉 Merci beaucoup pour votre message, on est ravis que les articles vous aient donné envie de découvrir les Canaries. Vous n’allez pas regretter votre séjour. La voiture, ce sera effectivement bien mieux que le bus car vous pourrez vous rendre partout facilement. Le mieux c’est de louer dans une agence locale, elles sont moins chères. Nous avons testé l’agence Cicar et tout c’est très bien passé. Il faudra louer une voiture à Tenerife et une autre à Lanzarote.
      Pour l’été, vous pouvez aller en Islande. C’est une destination magnifique. Pas très ensoleillé même l’été mais les paysages sont grandioses. Ou alors la Suède, la Norvège… Sinon Les Açores, il parait que c’est superbe ! C’est un peu difficile de vous conseiller comme ça ! Ca dépend de ce que vous aimez faire, de ce que vous avez déjà fait, du budget…
      D’ailleurs, nous n’habitons pas très loin car nous sommes à Grenoble ! ^^
      Encore merci pour vos commentaires, c’est toujours motivant de recevoir des petits mots comme ça ! 😉

  • Répondre The Flying Dutchwoman

    mars 1, 2017, 10:50

    Haaan comment c’est trop beau <3
    La première photo (cette lumière!) m'a renvoyée direct en Islande, sur la route de Landmannalaugar… Donc forcément, je ne pouvais qu'aimer la suite. Los Hervideros, les volcans… En fait tout est magnifique, alors je vais éviter de lister tout ce que j'ai aimé, au risque de reciter tout l'article. Et chapeau pour tous les détails et le travail derrière pour tout regrouper les infos.
    (il me faut plus de vacances pour y aller maintenant!).

    • Répondre Wild Birds Collective

      mars 2, 2017, 8:21

      Oh, merci beaucoup ! C’est trop gentil ! Tu aimerais beaucoup Lanzarote, même si il y a du soleil ;-). Je sais que tu préfère les pays du froid. Mais l’île nous a effectivement tellement rappelé l’Islande. En moins vert et plus aride mais les paysages sont tout aussi fascinants.

  • Répondre Stéphanie

    mars 6, 2017, 11:07

    C’est trop beau !!! ça me tente carrément ! Est-ce que l’on peut y aller à n’importe quel moment ? Ou tu préconise une période de l’année pour ne pas avoir trop chaud ni trop froid.

    • Répondre Wild Birds Collective

      mars 6, 2017, 3:46

      L’île est superbe et les températures sont douces toute l’année. Il peut faire un peu plus chaud l’été mais il y a de nombreuses plages pour se rafraîchir et l’hiver il fait en moyenne 2 0° C mais l’eau est un peu fraiche. C’est l’océan ! A faire en toutes saisons !

  • Répondre Ella

    mars 24, 2017, 5:20

    Coucou. Je voulais vous laisser un petit mot à tous les deux sur le blog, car c’est bcp grace à vous que j’ai réussi à convaincre mon mari de partir aux Canarie le mois dernier (fevrier 2017). Nous avons passé 4,5 jours sur Tenerife et 3,5 jours sur Lanzarote. Excellent ! Nous n’étions que tous les deux (sans enfants) et en avons profité pour bcp marcher. Nous avons adoré Tenerife, et le Parc del Teide reste mon grand coup de coeur. Nous y avons fait d’ailleurs 3 ou 4 balades de 2h à 3h, et les paysages etaient tellement différents ! je me croyais parfois dans l’ouest américain et parfois en Islande (j’ai visité les 2 pays, alors oui on pouvait vraiment s’y croire^^). Meme avis que vous là dessus. Météo superbe, température variant de 18 à 24°C selon les endroits. Nous avons eu bien frais en altitude (en haut du Teide) mais c’était prévu, alors nous avions les blousons. Bref, que du POSITIF !
    Ce sont vos photos qui nous ont motivés, et je me suis régalée avec mon Reflex aussi. Reste plus qu’à me faire un livre photo ! il y a du boulot en perspective 🙂 alors merci encore <3 <3 <3

    • Répondre Wild Birds Collective

      mars 27, 2017, 2:09

      Oh, merci beaucoup pour votre petit mot ! <3 On est ravis que les photos vous aient donné envie de découvrir ces superbes îles. Et très heureux que le séjour vous ait plu ! C'est vrai que le parc du Teide est absolument magnifique. D'ailleurs, si vous aimez les randonnées, il y en a de très belles à faire à la Gomera. L'île est très différente de ses voisines Tenerife et Lanzarote mais tout aussi belle ! Pour un prochain voyage ! 😉 Merci encore et bon courage pour le montage du livre photo. Ca va être chouette !

  • Répondre Sabine

    avril 1, 2017, 9:06

    Les photos sont sublimes, comme toujours. Les couleurs de Lanzarote sont splendides. Que de couleurs, de contrastes marqués ! Pour une grande sensible aux couleurs et aux choses graphiques, je suis conquises… bravo, je viens d’ajouter cette destination à aller voir de mes propres yeux 🙂

    • Répondre Wild Birds Collective

      avril 3, 2017, 10:18

      Oh, merci ! Ravie de t’avoir donné envie de découvrir cette incroyable île. J’attaches aussi beaucoup d’importance aux couleurs. A Lanzarote, c’est vrai qu’elles sont particulièrement marquantes. 😉

  • Répondre Yogya

    mai 5, 2017, 10:19

    Hello,

    On vous l’a déjà dit dans les commentaires un peu plus haut, mais ça ne fait jamais de mal de répéter un compliment: vos photos sont vraiment magnifiques! 🙂

    Je trouve à certaines comme un petit côté Méxique/ désert de Californie.
    L’aspect brute et aride sans doute.
    La photo du clocher de l’église est digne d’un film de far-west!

    Amicalement,
    Paul Yogya

    • Répondre Wild Birds Collective

      mai 11, 2017, 7:35

      Oh, merci beaucoup ! C’est vrai qu’avec les maisons blanches, les églises…il y a un petit côté Mexique ! Et pour la Californie : les paysages désertiques sont très proches. On a beaucoup pensé à notre road trip aux U.S lors de ce voyage. Et encore plus à Tenerife, dans le parc du Teide où on se croirait sur le sol américain ! 😉

  • Répondre Shana

    septembre 4, 2017, 2:11

    Bonjour,
    Que de belles choses à découvrir ! La quatrième photo, où il y a la route, est très jolie. Je trouve que les volcans apportent beaucoup de charme à un paysage.

Write a comment