Islande : 17 choses à voir dans la péninsule de Snæfellsnes

Kirkjufell, Péninsule de Snæfellsnes

Snæfellsnes Peninsula, je me souviens de tes fjords et de tes falaises abruptes. De tes pics volcaniques taillés au couteau. De tes champs de lave et de cette mousse qui recouvre tout. Je me souviens de ta côte sauvage et de tes plages. De tes galets comme de ton sable noir. De ces lueurs du jour comme du soleil de minuit qui teintent ton paysages de mille couleurs. De cette lumière de cinéma. Je me souviens de tes champs balayés par les vents. Des vents si forts que j’en ai les mains crispées sur le volant. Je me souviens de tes montagnes magiques et de tes cratères merveilleux. Je me souviens de cette terre qu’on dit mystique, source de légendes. Je me souviens de ton ciel orageux et de cette masse épaisse et blanche qui avance à toute allure comme le rouleau d’une vague infinie. Cette brume cotonneuse qui masque le sommet de ton volcan ensevelit sous les glaces. Je me souviens de l’avoir scruté du regard sans jamais l’apercevoir. Je ferme les yeux et je me souviens de toi comme un souffle de liberté.


Péninsule de Snæfellsnes : Péninsule d’Islande située sous les fjords de l’ouest à la pointe de laquelle gît un volcan-glacier, le Snæfellsjökull. Du haut de ses 1446 m, c’est la plus haute montagne de la péninsule. Par temps dégagé, elle est visible depuis Reykjavík. C’est ce volcan que Jules Verne a choisi comme point de départ de son roman « Voyage au centre de la terre ».

La Péninsule de Snæfellsnes est une des plus belles d’Islande. Elle est parsemée de champs et de chaînes volcaniques. Son cap, parc national depuis 2001, est sauvage et inhabité. Il recèle, comme toute la péninsule, de joyaux de la nature à découvrir absolument.

Un joli coin d’Islande que nous avons adoré parcourir pendant notre séjour sur l’île avec de nombreuses activités et excursions vers Snaefellsnes.


Vous séjournez en Islande et vous souhaitez découvrir la Péninsule de Snæfellsnes ? Voici, 17 choses à faire et spots à découvrir.

  1. Se doucher à la piscine municipale
  2. Faire trois vœux depuis le sommet du Mont Helgafell
  3. Voir les mouettes voler depuis les falaises de basalte de Stykkishólmur
  4. Faire du 4×4 dans le champs de lave de Berserkjahraun
  5. Photographier Kirkjufell, « la montagne église »
  6. Gravir le glacier du volcan Snæfellsjökull
  7. Marcher dans le sable doré des plages de Skarðsvík
  8. Monter sur le cratère de Saxhóll
  9. Se promener sur les falaises de lave et la plage de galets noirs de Dritvík
  10. Guetter les macareux depuis les pitons rocheux de Londrangar
  11. Randonner au bord de l’océan de Hellnar à Anarstapi
  12. S’engouffrer dans la faille de Rauðfeldsgjá
  13. Découvrir Búðakirkja, l’église noire
  14. Observer les phoques sur la plage d’Ytri Tunga
  15. Contempler le cratère Eldborg
  16. Parcourir les rives du fjord Hvalfjörður
  17. Traverser le tunnel sous le fjord Hvalfjörður

1. Se doucher à la piscine municipale

De retour des fjords du nord et de la Péninsule de Vatnsnes, ce matin on ouvre un œil au camping de Búðardalur au creux du fjord de Hvammsfjörður. La tente coincée entre les buissons et la voiture, on a finalement bien dormi malgré un vent à décorner les bœufs. Merci les bouchons d’oreilles et le masque de sommeil. Le petit déjeuner nous fait oublier le repas de la veille. Jamais autant raté un plat de pâte qu’en Islande. Et oui, quand il n’y a plus de gaz dans le réchaud, t’as beau laisser les pâtes dans l’eau chaude, si elle boue pas ben ça cuit pas ! Le camping est spartiate : deux toilettes et un évier. Il est très tôt, on file sous les douches collectives de la piscine municipale. Pas un chat à l’horizon et le vent fait claquer les portes. Les vestiaires se transforment en décor de film d’horreur. Je sursaute au moindre bruit suspect. Jamais pris une douche aussi vite de ma vie ! Si certains campings, surtout dans les parcs nationaux ont tout le confort nécessaire, dans les petits villages, les refuges, les coins un peu isolésles douches peuvent être collectives, dont certaines, bien que rares, sont mixtes. Si vous n’aimez pas la promiscuité, on a pas tous fait mai 68, pensez à vous doucher tôt ou tard et/ou à prendre un maillot de bain. De toute façon, il vous servira pour les sources d’eaux chaudes. Il arrive aussi qu’il n’y ait pas de douches dans le camping. Celles de la piscine municipale, généralement très proche, sont alors disponibles.

2. Faire trois vœux depuis le sommet du Mont Helgafell dans la péninsule de Snæfellsnes

Nous y voilà. La route 54 qui longe la côte du fjord Hvammsfjörður pour faire le tour de la péninsule de Snæfellsnes nous ensorcelle déjà. On se laisse bercer par l’atmosphère qui nous rappelle les paysages du nord. Un ciel chargé, des prairies verdoyantes qui bordent les eaux tumultueuses d’un océan qui nuance ses teintes du bleu jusqu’au noir. A 5 km de Stykkishólmur, nous entamons l’ascension du Mont Helgafell, petit promontoire sacré qui selon les croyances locales exauce les trois vœux de celui qui gravit ses pentes en silence, sans mauvaise pensée, ni regard en arrière et les prononcent face au soleil levant depuis les ruines de l’église qui trônent en son sommet. On s’est prêté au jeu des souhaits, défiant les bourrasques de vent qui tentaient de nous en empêcher. Peu importe le folklore, du haut de ce dôme rocailleux où fut érigé jadis un monastère, la vue panoramique sur la vallée exauce à elle seule nos désirs.

  • Les + : A faire si ce n’est pour le folklore islandais, au moins pour la carte postale
  • Les – : Un vent à défriser les moutons
  • Les spots photos : Au sommet, vue panoramique sur les alentours

3. Voir les mouettes voler depuis les falaises de basalte de Stykkishólmur

Petit port au bout d’une presqu’île, Stykkishólmur est la plus grande ville de la péninsule de Snæfellsnes. C’est aussi sa capitale. De là, part le ferry Baldur pour les fjords de l’Ouest en passant par l’île Flatey dans la baie de Breiðafjörður. Des maisons colorées au bord de l’eau sur fond de montagnes, une église ultra futuriste (datant des années 80) qui domine la ville et des falaises vertigineuses sur lesquelles se fracassent les vagues. Les embruns fouettent le visage des badauds, le cri des mouettes, si fort, enrobe celui des flots en une symphonie marine. On a flâné longtemps pour observer le spectacle de la nature.

  • Les + : La ville a servi de décor au film « La vie rêvée de Walter Mitty ». A voir à tout prix, si vous aimez les paysages islandais. On a reconnu certains des panoramas de notre voyage
  • A faire : Des courses car il y a peu de villages sur la péninsule et Stykkishólmur possède un supermarché
  • Les spots photos : Les maisons colorées, l’église, le port et les falaises de basalte

(Norska Húsið la maison norvégienne musée traditionnel)

4. Faire du 4×4 dans le champs de lave de Berserkjahraun

En quittant Stykkishólmur pour rejoindre la pointe de la péninsule de Snæfellsnes, à une quinzaine de kilomètre de l’intersection avec la route 55, on aperçoit un sentier qui s’enfonce dans le champ de lave de Berserkjahraun. La tentation est trop grande nous empruntons la piste. Un peu de route tout-terrain qui nous rappelle les Highlands. D’abord partiellement recouverte de mousse, la terre noire, volcanique se teinte en rouge et pourpre. Le chemin sillonne un paysage lunaire et chaotique. Le décor est à couper le souffle.

  • Les + : Faire un peu de 4×4 sur une piste facile
  • Les spots photos : Un peu partout le long du chemin

5. Photographier Kirkjufell, « la montagne église »

Nous avons prévu une seule journée pour faire le tour de la péninsule de Snæfellsnes. Soit environ 300 km de côte. Et les premiers jours de notre road trip en Islande nous ont appris que même les plus petites distances peuvent prendre des heures en fonction de l’état des routes et des conditions météorologiques. Il n’y a pas une minute à perdre, nous rebroussons chemin. A nouveau sur le route 54 nous roulons jusqu’à Grundarfjörður, l’un des plus importants ports du pays. Historiquement, ce fût le premier village d’Islande. De là, on a déjà une vue imprenable sur « la montagne église », Kirkjufell, qui doit son nom à sa forme de clocher. En s’approchant, on distingue les différentes couches de lave qui compose les 463 m de haut de cette mini péninsule encerclée par la mer. On fait plusieurs pauses photos pour varier les angles de vue. La silhouette du Kirkjufell est plus ou moins pointue en fonction des points de vue, jusqu’à n’être qu’un pic. Juste à côté, coule une rivière dans le lit de laquelle une artiste met en place une installation. Elle a quadrillé le coin de fils de pêche sur lesquels, suspendus, scintillent de petits objets qu’elle s’apprête à filmer. Très concentrée nous n’osons pas la déranger. Juste au dessus, crinière au vent, les chevaux islandais paissent paisiblement dans les prairies quand ils sont piqués de curiosité en nous voyant.

  • Les + : Le paysage
  • Les – : Les attaques de sternes arctiques qui défendent leurs petits en période de nidification
  • A faire : Le tour de Kirkjufell à pied en empruntant un sentier. Compter 2h de marche
  • Les spots photos : De nombreux points de vue permettent de photographier Kirkjufell, qui est d’ailleurs superbe depuis le ciel. De très belles photos à faire, avec ou sans long temps de pose, depuis la rivière et la cascade à gauche de la route en venant de Grundarfjörður. 

6. Gravir le glacier du volcan Snæfellsjökull à Snæfellsnes

Il est 17 h, nous laissons Kirkjufell et ses pentes herbeuses derrière nous pour rallier Ólafsvík. De là, nous rejoignons la pointe de la péninsule de Snæfellsnes par la route 574 (la route est goudronnée mais renseignez-vous au préalable sur l’ouverture). Nous passons Hellissandur, petit port de pêche du bout du monde. C’est aussi le dernier village habité de la péninsule. Le reste du cap est inhabité et on trouve peu de villages sur la côte sud. De là, on peut accéder à l’entrée nord du parc national du Snæfellsjökull. De nombreuses randonnées sont possibles sur le site dont l’ascension du glacier. Pas le temps de chausser les crampons. L’excursion sur glace sera pour une prochaine fois. On se contente de scruter l’horizon pour découvrir le sommet enneigé du Snæfellsjökull, le volcan-glacier. La météo n’est pas clémente, le vent souffle fort et le volcan a revêtu sa couronne de brume. Du Snæfellsjökull, nous ne verrons que le pied mais il est parait-il éblouissant de beauté.

  • Les + : le glacier au sommet du volcan
  • Les – : la brume qui cache le glacier au sommet du volcan
  • A faire : L’ascension du glacier et de nombreuses randonnées dans le parc national du Snæfellsjökull
  • Les spots photos : Un peu partout, le volcan est visible de loin

7. Marcher dans le sable doré des plages de Skarðsvík

Un peu plus loin, nous ratons la piste pour accéder à la plage de Skarðsvík. L’heure tourne, pas le temps de s’éterniser. On aurait pourtant bien aimé la voir cette plage de sable doré, rare en Islande, planté sous d’impressionnantes falaises de lave noire. Une raison de plus sur l’interminable liste des prétextes pour retourner voyager en Islande.

  • Les + : Les plages de sable doré, rares en Islande

8. Monter sur le cratère de Saxhóll

A quelques kilomètres de là, sorti du champ de lave, le cratère de Saxhóll domine le paysage chaotique qu’il a crée. La montée se fait rapidement. Attention au vent qui peut souffler très fort et rendre l’ascension difficile. Depuis les crêtes, on contemple la vue sur la péninsule.

  • Les + : La vue depuis les crêtes du cratère

9. Se promener sur les falaises de lave et la plage de galets noirs de Dritvík

Après le cratère de Saxhóll, les paysages de champ de lave se succèdent. A quelques kilomètres, un peu plus au sud de la pointe de la péninsule de Snæfellsnes, on gare la voiture pour emprunter un sentier qui nous mène jusqu’au bord de mer dans la baie de Dritvík. Au milieu des falaises de lave, la plage de galets noir de Djúpalónssandur nous bouleverse. La marée est haute. Des rochers aux formes mystérieuses émergent de l’eau. Tout comme à Vík, cette plage noire qui se jettent dans l’océan nous fascine. Il se fait tard. L’été, le soleil ne se couche pas. Pourtant, la nuit commence à tomber. Une incroyable lumière, une lumière de cinéma, transforme la plage de Dritvík en un décor féérique. Toute la crique est baignée d’une atmosphère magique. On retourne sur nos pas pour emprunter le circuit qui sillonne les crêtes des falaises, le long de la côte. De là, la vue est imprenable. Il est des lieux, il est des heures où le temps s’arrête. A Dritvík, le temps s’est arrêté longtemps pour qu’il ne reste qu’un souvenir impérissable de cette lueur, de cette poésie.

  • Les + : Le décor surréaliste
  • A faire : Se balader sur le sentier au dessus des falaises. Sur la plage de Djúpalón, se prendre pour un marin et tenter de porter les pierres que les apprentis matelots devaient soulever pour pouvoir embarquer sur un bateau. La qualification commençant à 54 kg et la pierre la plus lourde pesant 154 kg. Découvrir l’épave d’un chalutier anglais. 
  • Les spots photos : Un peu partout, des plages aux falaises

10. Guetter les macareux depuis les pitons rocheux de Londrangar

Il est 19h30 et nous commençons tout juste à explorer la côte sud de la péninsule. Bénit soit le soleil de minuit. On observe de loin les majestueuses falaises de basalte de Londrangar. Deux pics rocheux, vertigineux, jaillissent des falaises qui plongent dans l’océan pour toucher le ciel de leurs cimes. Dépouille d’un cratère érodé par la mer, ces parois de basalte atteignent 61 m et 75 m de haut. Véritable refuge pour les oiseaux, les falaises de Londrangar sont un lieu de nidification, d’où on peut observer les macareux.

  • Les + : Le décor fantastique
  • A faire : Observer les oiseaux marins, en particulier les macareux

11. Randonner au bord de l’océan de Hellnar à Anarstapi

En continuant sur la côte, on traverse Hellnar et Anarstapi au pied du Mont Stapafell, deux villages de bord de mer. Si vous avez le temps, profitez du sentier côtier qui longe le littoral pour vous balader entre ces deux bourgs. Deux heures de marche aller-retour, oiseaux, falaises de basalte et arches au dessus de l’océan. L’occasion de contempler Hellnar Arch et Gatklettur Arch, deux fabuleux rochers percés.

  • Les + : Le paysage marin
  • A faire : Balade de Hellnar à Anarstapi sur le sentier côtier le long du littoral
  • Les spots photos : Hellnar Arch et Gatklettur Arch

12. S’engouffrer dans la faille de Rauðfeldsgjá

Depuis la route 574 après Anarstapi, on emprunte une piste jusqu’aux parois d’une montagne fendue en deux par des gorges. Nous décidons d’aller découvrir de plus près la faille de Rauðfeldsgjá. Malgré l’heure tardive, nous sommes quelques touristes à grimper jusqu’à l’entrée des gorges. Quand tout à coup, un mouvement sur le flanc de la montagne attire notre attention. Un animal détale à toute vitesse. C’est un renard arctique. A peine le temps de prendre une photo qu’il disparait dans les rochers. Bon, j’avoue ! Il y a peu d’animaux en Islande et je rêvais de voir un renard polaire. On a longtemps débattu sur cet animal furtif, cherché des heures des photos sur internet… On ne saura sans doute jamais. Tant pis, pour moi, c’est un renard polaire. Si, si ! On se faufile dans la faille pour admirer les gorges. Au creux des immenses parois recouvertes de mousse coule un ruisseau. Un peu plus loin, gît le corps d’un oiseau mort. La proie d’un renard, sans doute ! En redescendant jusqu’à la voiture, on a une belle vue sur la baie.

  • Les spots photos : Vue sur la baie depuis l’entrée des gorges

13. Découvrir Búðakirkja, l’église noire de Snæfellsnes

On file découvrir l’église noire du hameau de Búðir qui compte un hôtel et une chapelle. Construite en 1703, puis entièrement déplacée jusqu’à son lieu actuel, l‘église Búðakirkja appartient au musée national d’Islande. Seule au milieu de l’immensité islandaise, entre l’océan et les montagnes, l’église noire impressionne. Il est 21 h et les rayons du soleil transpercent le ciel. Le timing est parfait. La mer est si près qu’on court sur les dunes de sable jaune et les blocs de lave noirs jusqu’au littoral.

  • Les + : La plage volcanique
  • A faire : Balade sur le rivage depuis le sentier côtier
  • Les spots photos : L’église, l’océan et les montagnes alentours

14. Observer les phoques sur la plage d’Ytri Tunga

Le ciel orageux est de plus en plus sombre, les rafales de vent de plus en plus fortes et l’environnement électrique. Il devient difficile de conduire. Les bourrasques font dévier la voiture de sa trajectoire. Je suis crispée sur le volant. Il faut dire que la vue d’un camping car sur le toit, 20 mètres au dessous de la route, au pied des falaises n’est pas pour nous rassurer. La veille on avait déjà fini dans le fossé. On tente de laisser le stress de côté et de profiter des paysages. C’est notre dernier jour de road trip avant de rejoindre Reykjavík, pas question d’en rater une miette. De retour sur la route 54, nous la quittons quelques instants pour emprunter une piste carrossée qui nous mène jusqu’à la ferme abandonnée de Ytri Tunga dans l’espoir de voir une colonie de phoques. Pas de chance, ils ne sont pas sur la plage ce jour là.

  • Les + : La colonie de phoques qui se prélassent sur la plage
  • Les – : Quand il ne sont pas là

15. Contempler le cratère Eldborg

Vers 22h nous atteignons Eldborg, « la forteresse de feu », un cratère volcanique vieux de 5000 ans qui marque la fin de la péninsule de Snæfellsnes.

  • Les + : Un beau cratère

16. Faire le tour du fjord Hvalfjörður

Nous rallions la ville de Borgarnes pour rouler à présent sur la 1, la route circulaire qui fait le tour de l’Islande. Au camping, il y a un monde de dingue. Nous continuons jusqu’à Akranes dans l’espoir de trouver un emplacement pour notre tente. L’entrée du camping nous est refusée. Il est situé sur le front de mer et un avis de tempête menace d’arracher les tentes. Trop dangereux. On est épuisé mais on longe les rives du fjord Hvalfjörður pour trouver notre campement. La route est très jolie mais interminable. Il faut dire qu’il est tard. Après un second essai infructueux dans un camping étrange où les arbres semblent nous tomber sur la tête avec ce vent de fou, on finit par atterrir au camping Hlaðir où a lieu une gigantesque réunion de famille. Tous les terrains sont pris, nous finissons par planter la tente dans le terrain vague à côté. Il est 2h du matin. Nous sommes tous seuls au milieu de la nature. Quelques bruits étranges dans les fourrés nous intriguent mais le marchand de sable aura raison de nous.

  • Les + : La route qui longe le fjord Hvalfjörður, « le fjord des baleines », entre Akranes et Mosfellsbær
  • Les – : La route est très longue, il faut avoir le temps
  • A faire : La cascade de Glymur, la plus haute d’Islande avec ses 196 m au creux du fjord Hvalfjörður 

17. Traverser le tunnel sous le fjord Hvalfjörður

Au petit matin, après avoir fait notre toilette dans les douches collectives de la piscine du camping. En plein air cette fois-ci. Enfin, disons des douches très très aérées quoi ! Il fait frisqué. On avale un bol de céréales et c’est parti direction Reykjavík. Notre road trip touche à sa fin. Nous partons découvrir la capitale islandaise. Nous avons peu de temps, nous décidons de retourner sur nos pas jusqu’à Akranes pour emprunter le tunnel sous-marin qui traverse le fjord Hvalfjörður. L’expérience est impressionnante, claustrophobes s’abstenir ! 6 km de tunnel à une profondeur de 165 m sous l’eau qui permettent aux islandais de traverser en 7 min quand il fallait auparavant une heure pour parcourir les côtes du fjord. Une fois le tunnel passé, on file faire un dernier tour à Þingvellir avant de rejoindre Reykjavík où nous posons nos valises au Kex Hostel.

  • Les + : La rapidité
  • Les – : Le prix, le tunnel est payant. Compter environ 1000 ISK 
  • A faire : Si vous êtes pressé et pour l’expérience sous la mer, sinon les berges du fjord sont plus belles à contempler


Infos pratiques :

  • Pour les amoureux de la marche, de nombreuses randonnées sont possibles surtout dans le parc national du Snæfellsjökull. 
  • Une route presque entièrement goudronnée fait le tour de la péninsule pour vous emmener découvrir les plus beaux spots de Snæfellsnes. En empruntant tout d’abord la route 54, puis la 574. Se renseigner avant votre séjour sur l’ouverture de cette route. Il ne faut d’ailleurs pas hésiter à se laisser embarquer sur les chemins de traverses, c’est la meilleure façon de découvrir les plus beaux spots de la péninsule.
  • Nous avons consacré une journée entière à la Péninsule de Snæfellsnes à un rythme très soutenu. Heureusement, en été le soleil se couche à peine. Pour profiter pleinement des merveilles de la péninsule, nous vous conseillons de passer deux jours à arpenter ses côtes. Prenez le temps, les paysages sont somptueux.
  • Pensez d’ailleurs à faire le plein et quelques courses avant de parcourir la péninsule de Snæfellsnes, le sud est assez désolé. On trouve peu de commerces et de stations essence.


Partagez nos travel stories sur Pinterest

Envie de partager notre road trip dans la péninsule de Snæfellsnes ? Epinglez cette image !


Photos © Christophe Levet – Violaine Rattin

Découvrir nos articles sur l’Islande – To discover our posts about Iceland :

Our partners for this travel :

 WBCPartnersIslande2

Cet article contient un lien partenaire.

28 commentaires
  • Répondre Letizia

    février 26, 2016, 10:29

    Quel plaisir de redécouvrir l’Islande dans vos photos. On a fait la péninsule de Snæfellsnes en hiver mais on ne pouvait pas partir escalader les montagnes. La neige rend le tout un peu plus périlleux. J’ai eu un gros coup de cœur pour la côte sud de la péninsule quand nous y étions et notamment la partie d’Ytri-tunga à Arnarstapi où les couleurs étaient absolument magnifiques.

    • Répondre Wild Birds Collective

      février 29, 2016, 11:34

      C’est vrai que le sud est vraiment superbe ! Il y a pleins de jolies coins à découvrir. J’ai adoré faire le tour de cette péninsule même si le vent était particulièrement fort ce jour là. Sous la neige ce doit être chouette aussi. J’aimerais beaucoup retourner en Islande l’hiver, ce doit être une tout autre expérience. Vous aviez vu des aurores boréales ?

  • Répondre Blog de voyage Experiences Luxe

    mars 1, 2016, 3:01

    Tes photos sont absolument magnifiques ! Et l’Islande doit etre un terrain de jeux particulièrement interessant pour prendre de beaux clichés !!

    Je prends note de tes conseils pour découvrir cette région (en principe ca va etre au programme pour moi pour cette année 😉

    Bonne journée

    • Répondre Wild Birds Collective

      mars 1, 2016, 3:36

      Oh, merci beaucoup ! C’est vrai que l’Islande c’est l’endroit rêvé pour les amoureux de la photo. C’est tellement beau, tout est photogénique ! J’espère que tu pourras visiter la péninsule de Snæfellsnes, c’est un coin superbe. Bon comme toute l’Islande en fait ! 😉

  • Répondre Days Of Camille

    mars 3, 2016, 4:26

    Je rêve d’y aller, c’est sublime ! Je n’ai malheureusement pas encore mon permis Haha Mais j’y arriverais ! 😛
    Très belles photos

    • Répondre Wild Birds Collective

      mars 4, 2016, 1:56

      Oh, ben c’est pour bientôt, non ?! On a croisé pas mal de voyageurs qui avaient choisi de parcourir l’Islande à pied, en stop ou à vélo ! Je pense que l’expérience doit être incroyable mais aussi très difficile étant donné les conditions météo (surtout à pied ou à vélo) ! Un vrai dépassement de soi ! Mais, il y a aussi des bus qui permettent de se rendre sur les sites ou de faire le tour de l’Islande. Sinon, en road trip, avec le permis, tout bientôt j’en suis sûre ! 😉

  • Répondre padoune

    mars 23, 2016, 9:04

    Mon dieu c’est sublime, les photos sont impressionnantes! de vraies peintures!
    <3

  • Répondre Christel

    juillet 11, 2016, 3:36

    Tes photos sont magnifiques. Sincèrement. ca m’a vraiment donnée envie d’y retourner ! Mon compte bancaire n’avait pas besoin de ça. malheureusement !

  • Répondre Blaise

    août 10, 2016, 12:44

    Bonjour, merci pour ce superbe avant-goût de l’Islande, où je me rends fin août-début septembre avec mon amie, et où nous serons en stop/bus, randonnée et camping et avons 10 jours (11 nuits) devant nous. J’ai prévu de traverser le sud en mode « mer et montagnes » jusqu’au lac de Jokulsarlon, zone plus touristique donc à priori plus facile pour le stop, avec des routes moins longues que le nord et le nord-ouest (que je réserve pour une expédition en mode road-trio)… Et ma grande hésitation concerne une escale ou non sur la péninsule de Staefelness, qui a l’air sauvage et splendide, mais peut-être compliquée à visiter sans véhicule dédié… Ou alors, rester concentrés sur le sud avec une escale « côtière » sur les îles Vatness ou sur la péninsule de Reyjkaness (sans le Blue Lagoon, trop cher pour nous), qui ont l’air pas mal non plus ! Voilà, merci par avance pour votre éclairage, et belle fin d’été !

    • Répondre Wild Birds Collective

      août 10, 2016, 9:26

      Ah génial ! Vous allez adorer, c’est superbe ! Il y a beaucoup de voyageurs qui font l’Islande en stop. Si vous restez sur la route circulaire qui fait le tour de l’île, vous ne devriez pas avoir trop de difficultés à trouver des véhicules. Elle est très touristique. Ca peut être plus compliqué pour vous rendre dans le centre de l’Islande mais pour la plupart des spots à découvrir il y a des bus donc aucun problème. C’est sûr que le sud est beaucoup plus visité que le nord donc moins galère en stop. Nous n’avons pas visité les îles Vestmann mais il paraît qui c’est magnifique et rien que pour voir les macareux ça peut valoir le coup ! La péninsule de Snæfellsnes est superbe, très sauvage mais du coup il y a moins de monde et c’est bien plus au nord de Reykjavik. La péninsule de Reykjanes est très chouette aussi. Plus touristique donc plus facile en stop mais peut être un peu moins exceptionnelle que d’autres sites. D’ailleurs pour Blue Lagoon, vous pouvez voir le lagon sans payer l’accès au bain. Soit en restant en dehors du bâtiment (sur la gauche de l’entrée, il y a un petit chemin où le lagon n’est pas exploité pour les bains, du coup si il n’y a pas trop de monde on a l’impression que c’est sauvage) ou en entrant et en restant dans la partie resto, boutique et vous pouvez avoir accès à la terrasse juste pour voir à quoi ressemble les bains d’eaux chaude en Islande. Mais c’est extrêmement touristique, c’est beaucoup plus sympa de se baigner dans des sources naturelles ailleurs. 10 jours pour faire le sud, ça laisse le temps d’en voir pas mal et d’en profiter pleinement. Après ça dépend de votre façon de voyager et évidemment en stop ça peut prendre plus de temps ! 😉 Faire le sud et les îles Vestmann, ça peut être vraiment cool. Et si vous avez le temps, je vous conseillerais plutôt d’aller voir Landmannalaugar en bus. Par contre le trajet est assez long et il faut prévoir un peu de randonnée pour découvrir les paysages. Du coup, deux jours c’est bien ! Donc ça dépend de votre programme. Il faut juste prendre en compte que si les distances sont courtes sur la carte, on roule doucement en Islande (état des routes, conditions météo) donc les temps de trajet sont souvent plus long qu’on le pense. Mieux vaut en faire moins mais à fond ! ^^J’espère que ça vous aura un peu aidé à choisir votre itinéraire ! Bonnes vacances !

  • Répondre Blaise

    août 10, 2016, 12:48

    ERRATUM : je parlais des îles VESTMANN, pardon ! Dur de ne pas s’emmêler et pinceaux avec tous ces noms !

  • Répondre Alain

    avril 1, 2017, 5:01

    Bonjour, je viens de parcourir le site, les photos sont superbes, partant à la mi juin j’ai vraiment hâte d’y être
    ça a l’air formidable

  • Répondre Chris

    mai 30, 2017, 12:02

    Bonjour

    Mon premier voyage commencera le 12 Juillet de cette année …

    Dix ans à attendre cette première rencontre …

    La péninsule du Snaefellsnes aurait du être le lieux de nos 4 premiers jours , seulement notre location à Arnarstapi a été annulé par le propriétaire 2 mois avant le départ pour cause de vente de son chalet , mais il est évident que nous y viendrons en excursion plusieurs fois je pense … Cet endroit me fait rêver depuis longtemps et grâce à votre blog encore plus …

    Merci pour vos merveilleux récits qui mettent l ‘ eau à la bouche , vos superbes photos … j ‘ espère pouvoir en rapporter d ‘ aussi jolies …

    Chris .

    • Répondre Wild Birds Collective

      juin 1, 2017, 10:17

      Oh, merci ! Génial ! C’est un pays fantastique, vous allez adorer ce voyage ! Si vous le pouvez la péninsule de Snæfellsnes est superbe, vraiment à faire ! Vous avez prévu quoi comme étapes pendant votre séjour en Islande !

  • Répondre Amatoullah

    juillet 3, 2017, 10:04

    Bonjour
    Je suis en pleins préparatifs pour notre voyage en Islande en septembre avec mon mari incha Allah.
    Je me suis regalée avec votre site : ses splendides photos et et ses informations très utiles !
    Merci beaucoup !

  • Répondre Arnaud

    juillet 22, 2017, 8:19

    Bonjour, pour info, la montée au mont Hellnar en sortant de Stykkisholmur est maintenant payante (500ISK par personne) – Juillet 2017

  • Répondre Amatoullah

    octobre 4, 2017, 6:05

    Un petit retour rapide après notre voyage en Islande en septembre… splendide, magnifique, fantastique…. Les superlatifs ne suffisent pas pour décrire la splendeur des paysages islandais. Nous nous sommes régalés !!!!
    Un seul bémol… Ce sera désormais difficile de « battre » l’Islande dans la beauté et la diversité de ces paysages pour nos prochains voyages !

  • Répondre Franck

    janvier 28, 2018, 9:34

    Bonjour,

    merci pour le partage de vos magnifiques photos.

    Petite question : je pars en Islande cet été avec ma femme et mes 2 enfants (9 & 12 ans) et serons sur place 12 jours.
    Nous avons prévu de passer par la péninsule de Snaefellnes.

    Combien de temps nous recommanderiez vous de nous arrêter ?

    Merci d’avance pour votre retour

    • Répondre Wild Birds Collective

      janvier 29, 2018, 9:32

      Bonjour Franck, un beau voyage en perspective ! Nous avons fait la péninsule de Snæfellsnes en une journée. Ce qui est trop court. C’est possible avec le soleil de minuit l’été mais nous avons terminé tard. Même si il faut prendre en compte que l’on s’arrête beaucoup pour prendre des photos. Donc on met sûrement plus de temps que d’autres ! 😉 Donc c’est faisable mais je vous conseillerais plutôt d’y consacrer deux jours pour pouvoir en profiter pleinement et faire quelques petites balades. Avec les enfants ce sera plus sympa ! Evidemment ça dépend aussi du reste de votre itinéraire en Islande. En fonction de ce que vous souhaitez faire, ce n’est peut être pas possible de la visiter en 2 jours ! Quel est le programme ?

Write a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.